Quinopode For Diversity in Our Fields and on Our Plates

Longué-Jumelles, 2 mai 2016



« La campagne de communication de Kokopelli n'est fondé que sur des mensonges, sur la haine et sur la malcompréhension. Il n'y a pas de « bio-piraterie » ici. Tout dans cette campagne, accusation ouverte ainsi que sous-entendu – est fausse et moralement dégouttant. Sauf une chose : Oui, les variétés de quinoa que nous utilisons pour aider ceux qui nous entourent sont en effet protégées par Certificat d'Obtention Vegétale (COV) afin de :

(1) empêcher certains de les utiliser – ceux que nous pensons nous feraient du mal ou porteraient atteinte au développement durable de la production de quinoa en Europe,

(2) punir ceux qui, motivés par l'avarice et égoïsme profiteraient des fruits de notre travail sans reconnaître notre contribution honnête au leur,

(3) lever les fonds nécessaires pour continuer d'investir dans la recherche, pour comprendre cette culture et poursuivre le développement de variétés nouvelles, et

(4) fédérer quelques personnes vertueuses dans la transparence et permettre la collaboration autour d'un objectif commun, sous forme de « club », avec une petite gamme de variétés un ciment qui unirait les membres, définissant les limites de la communauté par son exclusivité tout autant que par son inclusivité.


Il est vrai que notre emploi de COV reflète notre méfiance fondamentale des autres. L'expérience nous a montré que les hommes ne se respecteront pas, ne partageront pas, ne travailleront pas ensemble sans la peur d'une poursuite judiciaire. C'est sans aucun doute un triste état de cynisme dans lequel nous vivons : un cercle vicieux de peur qui s'auto-alimente et se renforce. La peur de ne pas être apprécié par les autres ou de se voir injustement refuser les moyens matériels pour vivre, pour travailler et pour s'épanouir alors que nous avons honnêtement mérité le droit à la Vie, la Liberté et la Propriété.


Réellement le défi que nous a lancé Kokopelli est celui-ci : « Faites confiance en l'humanité. »


Nous acceptons le défi. Nous allons essayer de croire en la bonne foi d'autrui, même si nous avons été trahis, blessés et harcelés autant de fois, et dernièrement par l'association Kokopelli avec leur diffamation injuste.


Abbottagra déclare considérer, à partir cette même récolte 2016, les variétés de quinoa pour lesquelles il bénéficie des droits exclusifs de COV, comme étant dans la Domaine Publique pour l'Agriculture Biologique Certifiée.


Concrètement, cela veut dire que Abbottagra n'utilisera plus les recours légaux du COV pour restreindre la moindre production, multiplication ou commercialisation des grains ou des semences de ces variétés dans le contexte de l'Agriculture Biologique Certifiée. Abbottagra n'acceptera plus de la part d'un producteur en Agriculture Biologique Certifiée, où qu'il se trouve dans le monde entier, de récompense monétaire pour son travail, sauf si cette récompense est librement donnée dans l'esprit d'une relation de symbiose.


Nous défendons fermement, pour l'instant, tous les droits liés au COV dans tous les cas de production ou de commercialisation qui ne sont pas Certifiée Agriculture Biologique. La raison en est double :

(1) D'une part, nous souhaitons encourager le développement de l'Agriculture Biologique Certifiée parce que nous voyons bien que ce sont eux les pionniers, qui défrichent le chemin vers la durabilité de toute agriculture. Nous savons que l'Agriculture Biologique Certifiée est extrêmement difficile, tant financièrement qu’émotionnellement, et ceci est notre preuve de reconnaissance pour les sacrifices faits par ces pionniers. Nous leur souhaitons du courage. Nous voulons les aider. Nous voulons soutenir leurs efforts autant que faire se peut.


(2) de l'autre côté, nous sommes pleinement conscients de l'envie de certaines personnes, groupes et sociétés, clairement motivés par la jalousie et l'avarice, de stopper notre projet : « le développement de la production du quinoa en Europe. » Malheureusement, nos ennemis connus ont montré que tout acte de générosité sera perçu comme signe de faiblesse et exploité au service du mal. Or nous croyons dans la noblesse de notre œuvre et dans la réalité de ce que nous avons déjà réalisé. Il ne peut pas y avoir le moindre doute que le COV renforce et protège notre travail.


C'est d'ailleurs la plus haute justification du système légale en Europe, dont le COV fait partie: protéger le travail des impuissants des dessins méchants des puissants. En cela nous soutenons fortement l'idée du COV. Et il se trouve que les menaces dont nous sommes au courant ne sont pas en Agriculture Biologique Certifiée. Ainsi en faisant cette distinction nous pouvons faire confiance en certaines personnes tout en protégeant notre travail d'autres qui se sont déjà révélé malhonnêtes. La distinction faite sur Agriculture Biologique Certifiée le permet.


Les variétés de quinoa particulières, uniques et étonnantes que nous utilisons sont nées de la sueur et de la vision de gens honnêtes à Wageningen University, Abbottagra, la Coopérative Agricole du Pays de Loire et le European Quinoa Group. Leur labeur et vision devraient être reconnus et le travail en cours devrait être soutenu financièrement.


Cette décision est la mienne, Jason Abbott. Je n'ai consulté personne à part Dieu. J'assume personnellement toutes les conséquences de cette décision, quelles qu'elles soient. Ma seule prière est que, si cette décision devait conduire à ma propre ruine économique et la destruction totale de ma foi dans l'humanité, les personnes qui suivent soient épargnées du malheur, et au contraire reconnues économiquement et encouragées dans leur travail :

Ma femme, Maud, qui devra un jour continuer sans moi

Mon ami brillant à l'Université de Wageningen, Robert van Loo

Mes amis les agriculteurs adhérents de la Coopérative Agricole du Pays de Loire,

Mes collègues les directeurs et techniciens agronomes de la Coopérative,

Et mes freres et sœurs membres égaux du European Quinoa Group : Stephen et Edward Jones, Jost Gandenberger, François Gilbert, Rens Kuijten, Susana Vilarino, Antonio Martin, Sabrina Stoppato, et la famille Hermann.


Ainsi, ayant répondu au défi de Kokopelli, je l'appelle à son tour à:


Ne plus jamais utiliser la peur, la culpabilité et le mensonge afin de vendre des semences pour son propre profit ; utiliser plutôt l'amour, l'espoir et la vérité afin de vendre des semences pour son propre épanouissement.

Ne pas être faux et arrogant, mais croire vraiment et vivre les grandes idées qu'il prêche,

Reconnaître que sa cause est juste mais que ses méthodes sont irresponsables

Se rendre compte que les relations commerciales et légales entre hommes sont complexes et peuvent aussi bien servir le bien que le mal.

Se rendre compte que l'idéalisme sans l'appui de la raison est voué à l'échec.


Ayant ainsi lancé un défi à mes agresseurs, je lance ce défi à l'humanité :


Servez-vous de la montée et de la diffusion du quinoa partout dans le monde comme symbole de la montée et de la diffusion de la confiance : La confiance que le travail honnête, la créativité et l'esprit entrepreneurial, que se soit en Europe, les Andes ou ailleurs, seront récompensés à travers de relations commerciales construites sur les bases d'une appréciation mutuelle sincère, de la reconnaissance mutuelle, et de l'encouragement mutuelle. L'argent ne sera plus une fin en soi mais un moyen de communication entre êtres humains. Et que ces choses – le travail honnête, la créativité, l'esprit entrepreneurial...et l'être humain – ne soient pas détruites par l'arrogance, la jalousie et l'avarice. »


Pour Abbottagra





Jason Abbott, Syrphant


jason@abbottagra.com

+33 (0) 6 81 24 16 42